Varna, les joies balnéaires à la sauce bulgare :)

Varna, le 22 Juillet 2016

Depuis le train déjà, je sens que Varna sera différente de Plovdiv, plus vive, plus rythmée.

Mer vs. Terre.

Des sites différents, des villes différentes. Forcément.

Après plusieurs heures de trajet, enfin, le jeu de cache-cache avec la Mer Noire a commencé. Et plus le train s’approchait de sa destination, et moins celle-ci pouvait se cacher.

Au loin, les longues grues métalliques du port donnent le La : Varna est ouverte sur le monde.

Plus, en tout cas, que mon chauffeur de taxi qui ne parvient pas à situer dans la ville l’adresse de mon logement. J’avais pourtant senti qu’il valait mieux que je ne m’adresse pas à lui, mais, il était en tête de file. Bref.

Un échange téléphonique avec mon hôtesse et nous voilà partis. Après avoir longés un grand parc urbain, emprunté de larges avenues, le chauffeur m’arrête devant une tour d’une quinzaine d’étages.

La cage d’escaliers semble déprimée. Une ambiance morne y règne. Heureusement l’ascenseur marche.

IMG_1973IMG_1975

J’arrive chez mes hôtes. Un jeune chien m’accueille en aboyant. Pas sympathique mais n’a pas l’air bien méchant pour autant. Les 2 personnes qui m’accueillent sont une jeune femme de 20 ans environ et sa grand-mère. Sur l’annonce d’Air B’B, une 3ème femme était mentionnée: la mère, mais je ne l’ai pas vue de la durée de mon séjour. Je me demande même si elle était réelle, car je ne sentais pas sa présence dans l’appartement.

La Babouchka bulgare est adorable, elle m’offre un café bulgare (un peu comme à la turque) et des chocolats au goût étrange. La jeune fille fait l’interprète anglais/bulgare. Elle me raconte qu’elle travaille comme serveuse dans un des bars proches de la place et qu’elle aimerait bien se former en France dans la restauration.

Elles me montrent ma chambre. Depuis celle-ci, j’ai vue sur le fameux Seagarden.

Je ne me sens pas très bien dans ma chambre. Elle est orientée plein Ouest, sans climatisation, alors que la température extérieure est de 32°C. La chambre est propre et bien rangée, mais il y a presque trop de meubles pour la taille de la pièce et leur design me rappellent la chambre d’une arrière-grand-mère. (Fausse) harmonie apparente.

Varna_depuis ma chambre

Je me décide à sortir. Voir si la ville se marche.

Après une petite dizaine de minutes le long d’une grande artère, je rejoins le centre-ville piétonnier. Varna est une ville balnéaire au charme légèrement désuet et suranné.

Les rues piétonnes et les terrasses des bars et restaurants sont pleins, mais le rythme est calme, serein. Pas de hâte.

Pendant 2 jours, je mènerai la vie balnéaire. Je naviguerai de terrasses en petits restos de plage ou de parc. Je longerai les plages privatisées par les bars à touristes pour me baigner un peu plus loin au calme et découvrir les douches de soufre.

J’explorerai les plages en 2 temps: le 1er après-midi une balade de reconnaissance, les 2 autres excursions seront consacrées à la baignade. Avec pour compagnon de plage : Les Forêts de Sibérie, de Sylvain Tesson. Ou comment voyager dans le voyage 🙂 Ou comment se rafraîchir la tête par 30°C.

La Mer Noire.

IMG_1987IMG_1998IMG_2003IMG_2052IMG_2055IMG_2058

Parce que l’eau n’est pas claire comme sa cousine Méditerranée. Elle est plus verte que noire, à vrai dire. Un plaisir de s’y baigner et de jouir de ces magnifiques cieux.

2 jours encore pour profiter de l’aventure touristique avant de plonger dans l’aventure artistique. A Vetren.

 

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s