Coming out

Paris, Mercredi 9/11/2016

Me suis réveillée vers 5h….le nez pris, les yeux pleureurs, la tête (comme) dans un casque de football américain et les oreilles sourdement douloureuses.
J’ai chaud, j’ai l’impression d’avoir mariné dans un bain de miasmes et de microbes.
Je passerai bien ces draps au Kärcher au jus de citron vert/jaune et au vinaigre blanc.
Et perfusion à la clémentine tellement je me sens déshydratée.

Je me lève pour aller à la salle de bains.
Je checke vite fait mon téléphone pour des infos sur les élections américaines.
Sounds bad, mais rien encore de définitif.

La peau autour de mes lèvres picote comme après un long baiser passionné, alors que ce sont juste les Kleenex qui l’ont trop râpée.

Je repars dans ma mélasse de rhume.

T. est élu, Président des Etats-Unis.
WTF ?!!
Je suis incrédule.
Avec l’incompréhension, c’est la Peur qui se répand. Et c’est comme si nous commencions à avoir peur les uns des autres. Peur de ne pas être compris, de ne pas être écoutés, d’être entubés ?

J’annule mes 2 rdv de la journée. Trop enrhubée.

Plusieurs (trop) heures passées sur Facebook à observer et partager les réactions.
Parfois, j’ai l’impression que certains aiment se faire peur, à avoir les images et les articles partagés.
Ou encore que les commentaires et partages viennent remplir une journée pleine d’ennuis.

J’essaie de « rattraper mon retard » : faire le ménage/ranger/postuler pour un job d’appoint/continuer d’apprendre Html5+CSS3+Wordpress/préparer mes entretiens « Enquête Métier »/prendre le temps de renouer avec ma créativité et de l’exprimer: j’ai l’impression de devoir effectuer 15 000 tâches en même temps.

Et au milieu de tous ces Fais ceci, Fais cela, je me sens devenir chèvre. Au milieu de ce tourbillon de voix, je cherche encore mon Guide, ma Voie.

Alors qu’en ce moment même, j’aspire juste à un peu de paix, de tranquillité.
Aller me balader (bien couverte) dans une forêt sous une petite pluie fine et ensuite retrouver la chaleur d’un foyer.
Retrouver la Joie simple d’écrire, de dessiner, de jouer. Tout ça kôa.
Et faire taire les « fais ceci, fais pas cela » / « tu fais trop de bruit », et j’en passe.

En ce jour d’élections américaines, le monde renvoie du nauséabond, des critiques, des analyses et de peurs culpabilisateurs.
Comment en sommes nous arrivés là ?
La Peur et la Culpabilité empêchent-elles de penser justement ? De sortir du moule ?
Sûrement.

A propager une vision trop uniforme de ce que devraient être le Bonheur et la Réussite, est-ce qu’on ne contribue pas à la réalisation de résultats tels que ceux
d’aujourd’hui ?
L’uniformisation de certains besoins/demandes finit par créer une Rareté utile à certains modèles économiques.

Observez les enfants : ils sont capables de jouer et de s’amuser avec rien.

Bref, tout cela pour dire que je cherche ma définition du Bonheur et du Succès, et que c’est pas simple tous les jours.

Love,

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s